HISTORIQUE

 

Le Projet L.U.N.E. (Libres, Unies, Nuancées, Ensemble) est un groupe d’appartenance, de reconnaissance et de défense des droits sociaux « par et pour » des travailleuses du sexe (TDS), actives ou non, qui agissent à titre de paires-aidantes. Leurs savoir-faire et leurs expertises sont mis en commun et de l’avant de multiples façons (prises de parole dans l’espace public, sensibilisation, dénonciation des injustices, etc.). Toute femme est la bienvenue, peu importe son histoire, son milieu ou son expérience.

Le Comité drop-in

Créé en 2012 et composé d’une trentaine de partenaires, notamment le Centre de réadaptation en dépendance de Québec (CRDQ), le Relais La Chaumine, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), l’Unité de recherche du CSSS-Vieille Capitale et la Ville de Québec, il a pour but d’accompagner et d’assurer le suivi du comité de gestion dans la mise en place du projet expérimental d’hébergement à haut seuil d’acceptation pour les personnes adultes les plus désaffiliées.

Depuis le 18 décembre 2020 le Projet L.U.N.E possède un second hébergement au 319 Prince-Édouard. Sur place, 12 places sont disponibles, entre 18h et midi, tous les jours. Le premier hébergement situé au 65 Notre-dame-des-Anges demeure ouvert entre minuit et 8h, tous les jours et dispose de 8 places. Toutes les personnes s’identifiant comme des femmes, âgées de 18 ans ou plus, sont accueillies par une intervenante et une intervenante-paire-aidante et ont accès à des services d’hygiène de base et à de la nourriture. Première arrivée, première servie!

Historique

Le Projet L.U.N.E est né en 2007 d’une alliance entre le milieu communautaire, une équipe de chercheures et des femmes travailleuses du sexe de rue (TSR) et utilisatrices de drogues. Ce projet de recherche participative visait à répondre à un ensemble de besoins énoncés par les femmes et à renforcer leurs capacités de paires-aidantes dans leur communauté.

En 2012, le Projet L.U.N.E., fort de la mobilisation des femmes qui travaillaient à l’amélioration de leurs conditions de vie et à celles de leurs paires, un organisme communautaire autonome est fondé. Sa mission principale est d’offrir aux femmes travailleuses du sexe et utilisatrices de drogues en situation d’itinérance un lieu d’hébergement sécuritaire à haut seuil d’acceptation.

Notre approche est dite « par et pour », axée sur la reprise du pouvoir d’agir individuel et communautaire.